Le site de la SACD et le portail des soutiens Beaumarchais-SACD seront exceptionnellement indisponibles samedi 19 octobre de 9h à 18h en raison d'une importante maintenance technique. Merci de votre compréhension.
  • Danse
15 janvier 2019

Hommage à Andy de Groat

Joanne Leighton, administratrice déléguée à la Danse de la SACD, salue la mémoire du chorégraphe et danseur, disparu le 10 janvier.

Ce début d’année 2019 est marqué par la disparition le 10 janvier à Montauban du chorégraphe français d'origine américaine Andy de Groat, à l’âge de 71 ans. Né en 1947 à Paterson aux Etats-Unis, installé en France depuis 1982, cet immense artiste a été une figure incontournable de la danse contemporaine.

Nous présentons à ses proches toutes nos condoléances et nos pensées vont aux nombreux danseurs et collaborateurs artistiques qui ont traversé son œuvre depuis plusieurs années.

Roland Garrigues, ancien maire de Montauban, lui rend hommage dans ces quelques lignes :

« Il avait choisi de passer le reste de ses jours dans la Cité d'Ingres qui avait accueilli sa compagnie de danse de 1996 à 2002. Il vient de mourir dans le plus grand dénuement aidé par de rares mais précieux amis. Et pourtant ce commandeur dans l'ordre des Arts et Lettres avait fréquenté les plus prestigieuses scènes au monde. Il est né en 1947 aux États Unis, de racines européennes. Abandonnant ses études aux beaux-arts, il a rejoint « créative tribu » de Bob Wilson avec qui il travaillera comme danseur et chorégraphe et se liera avec ce qui se fait de mieux dans la danse contemporaine. Il créera une première compagnie Andy de Groat dancers à New-York en 1975, avec laquelle il tournera aux USA, en Iran, en France et en Italie. Elle sera remplacée par Rédaction Notes, soutenue par diverses institutions culturelles d'abord à New-York puis en France. C'est peut-être pour cela qu'il portait à chaque poignet une montre marquant l'heure des deux pays que sépare l'Atlantique. Le ministère de la culture l'a subventionné de 1984 à 2004. Autodidacte obsédé par le mélange et la coexistence de styles, de techniques, d'époques, il s'intéresse à l'intégration de danseurs amateurs et professionnels dans les mêmes créations. Associés à Montauban, Andy de Groat et Red Notes ont participé au formidable fourmillement culturel des années 90. Ils ont contribué à l'obtention du label Ville d'art et d'histoire. Il aimait revisiter les oeuvres classiques ; nous nous souvenons de la création de Casse-noisette et de La Flûte enchantée, cette dernière jouée à l'Opéra Bastille. Nous nous souvenons de son spectacle d'adieu le 21 octobre 2001 au théâtre municipal de Montauban. Nous nous souviendrons de l'immense artiste trop discret qu'était notre ami Andy de Groat. »

Andy de Groat est né en 1947 aux États-Unis de racines hollandaise, italienne, française, allemande et anglaise. Il suit le travail de Merce Cunningham, Yvonne Rainer, George Balanchine et Jérôme Robbins. Au début des années 1970, il s’intéresse à une forme de minimalisme, le spinning, un tournoiement répétitif. Interprète et compagnon de route de Robert Wilson, rencontré pendant ses études d’architecture aux Beaux-Arts à New-York en 1967, il collabore avec lui pour de nombreuses pièces, dont Le regard du sourd en 1971 et Une lettre pour la reine Victoria en 1974. En 1976, Andy de Groat signe la chorégraphie avec Lucinda Childs de la version originale de Einstein on the Beach, opéra écrit et mis en musique par Philip Glass, mis en scène et dirigé par Robert Wilson. La pièce Red Notes, qui donne également son nom à sa compagnie, est créée en 1977. En 1978 il crée Waiting for Godot Fan Dance. Cette célèbre Fan Dance, Danse des éventails, considérée comme la signature de sa compagnie, sera interprétée par de nombreuses compagnies professionnelles ou groupes amateurs, de l’Opéra national de Paris à São Paulo en passant par Roubaix ou Milan.

Installé en France en 1982 avec sa compagnie, il a créé plusieurs pièces remarquées avec les étoiles Wilfride Piollet et Jean Guizerix, notamment Giselle Échappée en 1980 ou Nouvelle lune, c’est-à-dire en 1983, ou encore avec Jean-Christophe Paré, le Groupe de Recherche Chorégraphique de l'Opéra de Paris (GRCOP), et Wah Loo Tin Tin Co, compagnie de jeunes interprètes à Montauban. Sa compagnie a été soutenue par le Ministère de la culture dès 1984. Auteur d’une soixantaine de pièces entre les années 1970 et 2010, Andy de Groat a aussi revisité le répertoire du dix-neuvième, par exemple avec des pièces comme Swan Lake, La Bayadère, Giselle, Casse-Noisette, tissant des liens entre modernité et tradition, mélangeant les genres avec humour et citations chorégraphiques. Il a aussi collaboré régulièrement à des productions lyriques depuis 1988, avec, par exemple, La Flûte Enchantée de Mozart de Robert Wilson à l'Opéra Bastille, The Rake's Progress de Stravinski, par Alfredo Arias au festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence et à l'Opéra de Lyon, de Gênes et de Montpellier, Aïda de Verdi par Klaus Michael Grüber à l'Opéra d'Amsterdam.

Andy de Groat a été nommé Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres par Jack Lang en 1985, puis Commandeur en 2000 par Catherine Tasca.

Les obsèques civiles auront lieu le jeudi 17 janvier à 13h30 au crématorium ACF de Montauban. Les visites seront possibles le jeudi matin de 9h à 11h30 à la chambre funéraire du crématorium (100 route de St Martial à Montauban).

Joanne Leighton

Administratrice, déléguée à la Danse à la SACD

Paris, le 14 janvier 2019

 
visuel : A rebours par Cie & Co 

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

Please contact me

---- ou ----

Send a message

Contactez-Nous

À voir aussi