• Spectacle vivant
19 novembre 2018

Soutien au spectacle vivant : le gouvernement en marche arrière

À l’occasion de l’examen à l’Assemblée nationale du projet de loi de finances pour 2019 et plus particulièrement des crédits d’impôt relatifs à la culture, les députés ont adopté des dispositions paradoxales.

D’un côté, les députés ont conforté, à juste titre, les crédits d’impôt cinéma et audiovisuel qui ont permis depuis plusieurs années de relocaliser des créations sur notre territoire et d’attirer des productions internationales.

En revanche, la SACD déplore vivement que la représentation nationale ait suivi le gouvernement dans sa volonté d’exclure les spectacles d’humour et les comédies musicales du crédit d’impôt sur la musique et les variétés.

Cette décision, qui intervient de façon brutale et sans étude d’impact, est un mauvais coup fait au spectacle vivant qui va pénaliser le soutien à l’émergence de nouveaux auteurs, compositeurs et humoristes et la dynamique de création qui l’accompagnait.

De plus, elle porte la marque de l’incohérence à l’heure où des réflexions sont en cours pour doter le secteur musical, l’humour et les comédies musicales d’un centre national commun à tous. Dès lors, il est paradoxal et injuste de mettre en œuvre une politique fiscale à deux vitesses, qui distingue en fonction du genre des créations.

Cette décision s’ajoute au refus renouvelé et incompréhensible de créer un crédit d’impôt spécifique au théâtre, comme l’ont proposé les députés Brigitte Kuster et Pierre-Yves Bournazel.

Là encore, la création théâtrale, qui irrigue toute la France, qui crée du lien dans des territoires qui en manquent, qui porte des dynamiques culturelles fortes, reste le parent pauvre de la politique culturelle.

Il est temps que le gouvernement et les députés de la majorité prennent à la fois la mesure du rôle utile que joue le spectacle vivant, dans toute sa diversité, de son économie souvent précaire, et de son extrême fragilité, notamment celle des auteurs et des compagnies.

Alors que l’examen du projet de loi de finances se poursuit, la SACD appelle les sénateurs à redonner un cap fiscal plus favorable à la culture et le gouvernement à doter la politique en faveur du spectacle vivant de cohérence, de sens et d’ambition.

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

Please contact me

---- ou ----

Send a message

Contactez-Nous

À voir aussi